Vous devriez le savoir : un homme ne se fait jamais seul. Et encore moins un cidrier digne de ce nom. Ce que j’ai compris après toutes ces années, c’est qu’on devient cidrier un peu par la force des choses, mais surtout par la force de caractère.

Louis, mon père : mon modèle  

J’en ai connu des hommes de caractère… mais comme mon père, pas beaucoup. On peut dire que mon destin de cidrier commence avec lui, en 1918, quand il décide d’acheter le cidre des fermes du voisinage pour le revendre aux clients de son épicerie. Personne n’y croit, sauf lui. Mais comme toujours, il a le nez creux : 5 ans plus tard, en 1923, il ouvre notre première cidrerie à Domagné.

Domagné : mon enfance 

J’ai grandi en voyant mon père construire avec courage et détermination son héritage : un cidre de caractère qui traversera les générations. Mon père était un homme sévère, mais toujours bienveillant. Chaque jour, il me répète : “Tu seras un homme quand nous partagerons les mêmes secrets“. Je deviens donc son apprenti.

L’exigence : mon premier combat

S’il y a bien une chose sur laquelle je suis intransigeant, c’est la qualité. Grâce à la maitrise de la fabrication que m’a transmise mon père, je cherche la parfaite combinaison de robe et de saveurs. A 25 ans, je reprend les rênes de la cidrerie et je passe des mois et des années à construire, déconstruire et reconstruire les assemblages.

Paris : ma première conquête

Comme mon père avant moi, j’avais une idée derrière la tête… J’ai toujours su que le destin de notre famille ne se limitait pas à la Bretagne. Ma bataille à moi, c’était la capital. Mes années d’expérimentations n’ont pas été vaines… en quelques mois, Paris est conquis.

La Sistronomie : mon héritage

Très vite, je décide de sortir mon cidre du tonneau pour le mettre… en bouteille ! Je l’appelle DOMA, en hommage au village de mon enfance. Non, ça n’a rien à voir avec du sentimentalisme ! Au-delà de conserver les arômes (ce qui est bien le minimum) la bouteille favorise surtout les moments de partage et de convivialité. Un premier pas vers ce qui deviendra mon héritage : l’art de la Sistronomie.